Récits du martyre
  |  
Lettres P. Thomas Saleh
Cross

Au P. Général 1911

Dans son rapport annuel, rédigé en italien et envoyé à Rome, au Père Général Pacifico de Sejano, le Père Thomas rend compte de ses occupations à diarbakr dans l’école des garçons et parmi les membres du Tiers-ordre franciscain. Il demande au P. Général s’il est possible d’accepter les élèves « schismatiques » dans l’Eglise catholique. 

diarbakr 18 décembre 1911

Révérendissime Père

Je viens vous souhaiter les bonnes et saintes fêtes de Noël ; de même aussi pour l’arrivée du Nouvel An, je me réjouis et m’empresse de vous souhaiter la Bonne Année. Que le Dieu des miséricordes vous comble de ses dons les plus précieux et de ses grâces pour le bien de notre Ordre. Acceptez, Révérendissime Père, le témoignage de mes vœux et souhaits les plus sincères.

D’une année à l’autre, je vous écris deux lignes pour assurer et déclarer que je demeure le fils indigne de Saint François et de Votre Paternité Réverendissime, comme aussi pour vous donner quelques nouvelles et un petit compte rendu de mes occupations.

Il y a déjà un an que je me trouve à diarbakr où l’obéissance m’a destiné. Vous savez bien qu’à diarbakr il y a trois langues, en général, en usage chez la population. Pour moi, je me débrouille et me tire d’affaire en deux langues, c’est-à-dire en arabe et en turc.

Pendant ce temps de guerre, notre situation est critique et il est très difficile de la déterminer. Nous ne savons pas ce qu’on nous prépare et ce que nous réserve la Divine Providence. Que Sa Sainte volonté soit faite.

Ici, j’occupe le temps à donner des cours et à faire un peu de surveillance aux élèves. Le jour de la fête de notre Séraphique Père Saint François, nous avons fondé une branche du Tiers-Ordre et donné l’habit à une vingtaine de personnes. Nous l’avons fait également lors de la fête de l’Immaculée Conception et donné l’habit à une quarantaine de personnes, des mains du Très Révérend Père Ange, supérieur de la Mission. Nous espérons et nous avons une ferme confiance que le Bon Dieu bénira et fécondera bien vite, avec sa divine grâce, ce petit troupeau, pour qu’il  relève la société et devienne un levain salutaire pour elle, afin de la renouveler et la sanctifier selon la nature et l’esprit du Tiers-Ordre.

Ici, nous avons grand besoin de cette institution dont le but est toujours le même : la sanctification et la perfection de ses membres. Plus particulièrement ici à diarbakr cet Ordre était nécessaire car la ferveur de la piété et les autres vertus chrétiennes sont bien relâchées. Une fois par mois je leur donne une petite conférence.

Je me confie dans le secours et l’assistance divine et aussi dans les prières de Votre Paternité Révérendissime.

P.S. Notre école de garçons compte aujourd’hui 120 élèves environ. La majorité, c’est-à-dire plus des deux tiers, sont schismatiques. Maintenant, je vous pose la question suivante : si un schismatique de 10 à 16 ans, avec ou sans la permission écrite de ses parents, désire embrasser le catholicisme, pouvons-nous le recevoir, oui ou non ? Y a-t-il quelques autres instructions de Rome dans lesquelles il est interdit d’accepter des enfants schismatiques, durant le cours de leurs études, dans le sein de la Sainte Église ? Et, dans ce cas, qu’est-ce qu’il faut faire ? Comment pouvons-nous nous comporter si l’un d’entre eux demande d’être reçu dans le catholicisme ? Je prie Votre Paternité Révérendissime de bien vouloir nous renseigner sur ce que nous pouvons ou nous devons faire. Le même cas peut aussi se produire dans l’école des filles.

Votre fils dévoué
fr. Thomas de Baabdath, Capucin

MANUSCRIT
Share:
Facebook
Twitter
Print
Go To Top
Go to top
Chapitre précédent

Au P. Général 1910

Au P. Général 1910

Previous Chapter
CHAPITRE SUIVANT

Au P. Général 1912

Au P. Général 1912

Next Chapter
Go To Top
Retour à l'action précédente
...et, une fois de plus, la bure franciscaine fut teinte du sang des martyrs...
LeonardMelki
© Farés Melki 2013